Les inégalités Salariales – Engagement N°25 – Décembre 2015

Du 5 au 11 octobre 2015 a eu lieu la Semaine de l’Egalité professionnelle entre hommes et femmes. Celle-ci fut l’occasion de rappeler, entre autres, la persistance des différences salariales liées au sexe et d’établir un état des lieux des actions mises en place par le gouvernement.

Deux types de calculs existent pour mesurer ces inégalités, il est important d’en avoir conscience car de ces chiffres découlent 2 analyses bien distinctes :

  • la comparaison du salaire moyen des hommes et des femmes en France, (tout niveau de responsabilités, temps de travail, âge et niveau de diplôme confondus) soit 19,7 . La médaille d’or revenant à la fonction publique hospitalière et à ses 21,9 .
  • la différence du salaire d’un homme et d’une femme ayant les mêmes caractéristiques individuelles, des entreprises de taille similaire et le même secteur d’activité : à critères observables identiques, l’écart de salaire horaire est réduit de moitié.

La première méthode soulève des problèmes bien plus larges que la différence salariale : l’accès au diplôme, l’orientation, le temps partiel, l’évolution de carrière, etc… Dès le début de leur vie professionnelle, et malgré un niveau d’études comparable, voire supérieur à celui des hommes, l’écart salarial s’établit en défaveur des femmes. Ceci s’explique notamment par des choix de filières pouvant conduire à des débouchés professionnels moins rémunérés. De plus, aujourd’hui 80 des postes à temps partiel sont occupés par des femmes.

Tandis que la deuxième méthode impose un cadre de réflexion plus strict, mais non moins complexe, se limitant aux discriminations sexistes, à la question du congé parentalité et au phénomène “d’auto-censure”. Ce dernier est décrit par certains dirigeants d’entreprise : ceux-ci rapportent que, spontanément, les femmes auraient tendance, lors d’un entretien d’embauche, à demander un salaire moins important que les hommes, pour le même poste.

Enfin, au niveau national l’écart de salaire femmes N hommes progresse avec l’âge, la position dans l’échelle des salaires et la taille des entreprises.

Et à l’international ?

Globalement, la France se situe dans la moyenne européenne et internationale (19 ) : au même niveau que les USA, loin derrière la Slovénie pour laquelle l’écart salarial est seulement de 3, mais aussi meilleure élève que l’Estonie qui bat tous les records avec ses 29 .

Business and Professional Women (BPW) est une ONG représentée à l’ONU et au Conseil de l’Europe, comptant 30 000 membres dans 98 pays. Elle défend l’égalité professionnelle et encourage l’entrepreunariat féminin. BPW est à l’origine de l’Equal Pay Day, qui représente symboliquement le nombre de jours supplémentaires qu’une femme devrait travailler pour obtenir le même salaire qu’un homme. En France, cette période équivaut à presque 3 mois en plus, cet événement avait donc lieu le 26 mars 2015.

QUELLES SOLUTIONS ?

Si le principe « à travail de valeur égale, salaire égal » est inscrit dans le Code du travail depuis 1972, trop longtemps il est demeuré inappliqué et les sanctions dépourvues de toute effectivité. Le dernier renforcement provient de la loi du 4 août 2014, pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, qui prévoit notamment :

  • Une réforme du congé parental. Par exemple, pour un couple ayant un enfant, le congé parental pourra être prolongé de six mois supplémentaires s’Ils sont pris par le second parent
  • Une mesure forte en faveur de l’égalité salariale. Les entreprises de plus de 50 salariés qui ne respectent pas les dispositions de l’égalité professionnelle se verront interdire l’accès aux marchés publics

D’ailleurs, cette loi ne s’arrête pas au monde du travail, puisqu’elle ouvre de nouvelles perspectives en matière de parité et de droits des femmes :

  • L’interdiction des concours de « mini-miss »
  • Un doublement du taux de modulation du financement des partis politiques en cas de nonKrespect de la parité aux élections législatives
  • La suppression de la notion de « situation détresse » en cas de demande d’IVG

Comment parler d’inégalités salariales sans ouvrir le débat sur le sexisme au sein du monde du travail ? Un rapport du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes sortait en mars dernier, dressant un constat alarmant : 80 des femmes salariées considèrent qu’elles sont régulièrement confrontées à des attitudes ou décisions sexistes. Ce rapport propose une trentaine de recommandations, telles que le lancement d’une campagne nationale de communication dans les médias, la formation des salariés et des dirigeants d’entreprise pour en faire des acteurs de la lutte, et l’organisation tous les 2 ans d’un sondage national sur le ressenti du sexisme en entreprise.

Un long chemin reste encore à parcourir

Morgane David, VP Questions Sociales

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT

En cours d’envoi

©2019 Tous droits déposé ANESF - Propulsé par AgoraMed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?