La journée internationale de lutte pour le droit des femmes

L'accès à l'IVG et à la contraception dans le monde

Le saviez vous ?

1

Milions

D’interruptions volontaires de grossesses ont eu lieu dans le monde annuellement entre 2010 et 2014.

1 %

De ces IVG

étaient des avortements à risques.

1 %

De femmes

ont accès à l’avortement dans le monde.

1 /324

Etats

autorisaient l’avortement en 2016.

Les débats actuels dans le monde

autour de l'IVG

Quoi de neuf en Europe ?

En Irlande, l’avortement a été légalisé après la victoire du “oui” (66%) à un référendum (fin mai 2018)

En Pologne, le droit à l’IVG est menacé avec l’arrivée d’élu.e.s conservateur.trice.s 

Et en Amérique ?

En Amérique du Sud, les débats ont été vifs entre les pro et les anti-IVG notamment en Argentine où le projet de loi pour autoriser l’avortement a été rejeté le 9 août 2018. Aujourd’hui, en Argentine,  la loi n’autorise que les avortements en cas de viol ou si la santé de la mère est menacée.

Aux Etats-Unis, l’arrivée d’élu.e.s conservateur.trice.s menace le droit à l’IVG.

Et en Afrique ?

Dans la majorité des pays d’Afrique, l’IVG est autorisée uniquement sous des conditions extrêmement restrictives (mise en danger de la vie de la mère, malformation foetale, grossesse de viol ou d’inceste, …) seuls trois d’entre eux (Malawi, Tunisie, Afrique du Sud) autorisent l’IVG sans restriction. Et 98% des avortements effectués sur le continent sont non médicalisés, entraînant une importante mortalité.

En Turquie, une femme mariée doit obtenir le consentement de son époux pour avorter.

Plusieurs pays interdisent encore l’avortement :

Salvador, Nicaragua, Surinam, Haïti, République dominicaine, Philippines, îles Palaos, Sénégal, Guinée-Bissau, Gabon, République du Congo, Madagascar, Djibouti, Mauritanie, Vatican, Saint-Marin et Malte.

Le saviez vous ?

1 %

C’est le taux d’utilisation des contraceptifs dans le monde.

1 %

Des couples qui limitent les naissances emploient des moyens de contraception modernes.

1 %

Des couples qui limitent les naissances emploient des méthodes de contraception traditionnelles (retrait, méthode du calendrier,…)

1 %

C’est le taux de grossesses non désirées chez les femmes n’ayant pas accès aux méthodes de contraception modernes.

La stérilisation féminine est la méthode contraceptive la plus utilisée dans le monde (près de 30 %) devant le dispositif intra utérin (anciennement appelé « stérilet »), la pilule et le préservatif.

La stérilisation masculine, ou vasectomie, est beaucoup plus rare (moins de 4 % ). Néanmoins, au Royaume-Uni, la stérilisation masculine est la troisième méthode la plus employée.

La pilule et le préservatif masculin sont privilégiés dans les pays développés, la stérilisation féminine et le DIU dans les pays en développement.

Au total, 214 millions de femmes sont considérées comme ayant un besoin de contraception moderne, selon l’OMS et l’ONG Guttmacher Institute (dont 155 millions de femmes en âge de procréer qui n’utilisent aucun moyen de contraception.)

On estime que 76 000 décès maternels pourraient être évités chaque année si les populations dans les régions en développement avaient accès à une contraception moderne. Selon l’ONG Guttmacher Institute, cela représenterait une avancée cruciale pour la santé dans le cadre de la prévention des grossesses non désirées.

Simone de Beauvoir

1908 – 1986

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis.

Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

CONTACT

En cours d’envoi

©2019 Tous droits déposé ANESF - Propulsé par AgoraMed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?