Communiqué de Presse – Un Conseil National des Universités de Maïeutique

         Deux décrets publiés ce matin au Journal Officiel officialisent la création attendue de nouveaux Conseils Nationaux des Universités. Le « Conseil National des Universités pour les disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques » devient le « Conseil National des Universités pour les disciplines de santé » .
        La nouvelle section créée pour la discipline maïeutique est la section 90 . Sa création s’inspire pour sa composition et son fonctionnement des dispositions actuelles relatives à la filière des enseignant.e.s-chercheur.se.s en pharmacie.

       Pouvoir s’appuyer sur son propre corps d’enseignant.e.s-chercheur.se.s rendra pleinement autonome la formation à l’Université. Les sages-femmes qualifié.e.s pourront être recruté.e.s pour l’enseignement des sciences maïeutiques déjà reconnues à l’Université par la délivrance de deux diplômes ; celui du premier cycle de formation générale en sciences maïeutiques, qui confère un grade Licence et le diplôme de sage femme délivré en fin de second cycle des études, qui confère un grade Master.

       Cette étape est majeure pour la filière maïeutique et les étudiant·e·s : la profession est enfin reconnue , à juste titre, comme possédant les qualités indispensables à l’ enseignement et à la recherche . Cela n’aurait pas été possible sans la collaboration et la persévérance des organisations professionnelles, étudiantes et du gouvernement.

       Il est néanmoins utile de rappeler qu’à ce jour une seule université en France a ouvert un poste de Maître de Conférence en maïeutique. Le développement de la recherche en maïeutique ne se concrétisera que par la création d’un statut et d’un corps enseignant (MCF et Professeur). La non création d’un statut hospitalo-universitaire reste un frein indéniable à la mutualisation de la recherche et de la clinique, alors qu’elle existe pour les deux autres disciplines médicales de médecine et d’odontologie. Nous sommes donc encore considéré.e.s « à part » dans le monde universitaire.

      Le CNU maïeutique n’aura de sens que si les universités se saisissent de la création de nouveaux postes , qui pourront développer notre discipline, et permettront de la valoriser à l’échelle internationale. La recherche française en maïeutique pourra ainsi combler le retard accumulé depuis des années vis-à-vis des autres pays.

      Enfin, pour la première composition du CNU de maïeutique, nous déplorons l’absence de modalités dérogatoires , à l’instar de ce qui avait été mis en place pour la médecine générale.

Contacts :

> Adrien GANTOIS – Président du CNSF – president.e@cnsf.asso.fr

> Cassandra OUAB – Attachée de Presse de l’ANESF – presse@anesf.com – 06.41.67.84.26

> Véronique LECOINTE – Présidente du CNEMa -presidente@cnema.fr

> Camille DUMORTIER- Présidente de ONSSF – camille.dumortier@onssf.org – 06.86.27.68.36

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT

En cours d’envoi

©2019 Tous droits déposé ANESF - Propulsé par AgoraMed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?