L’Anesf dénonce les mesures austères contre l’IVG !

Le nouveau président américain, Donald TRUMP, investi le vendredi 20 janvier dernier, nous montre qu’il est un homme de parole.

En effet, lors de sa campagne présidentielle, il s’était montré hostile au droit à recourir à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et s’était engagé à prendre des mesures dans ce sens dès son investiture.

 

C’est ainsi que le 23 janvier 2017,  il signa déjà un premier décret “Global Gag Rule”. Ce texte  initié sous R. Reagan, dirigeant républicain, a souvent été abrogé puis restauré au fil des présidents démocrates et républicains se succédant.

Et pourtant, son objectif est resté le même : interdire le financement d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) internationales soutenant l’avortement, par de l’argent fédéral.

Par ce manque de financement, ce n’est pas seulement le droit à l’avortement qui est touché mais aussi d’autres missions de promotion de la santé des femmes, comme l’accès à la contraception ou les soins post-nataux.

 

Par ailleurs, la nomination annoncée à la Cour Suprême d’un juge ouvertement anti-IVG ne fait que confirmer les orientations politiques annoncées pour ce mandat. En outre, de nombreux états ont déjà commencé à promulguer d’importantes mesures anti-IVG, profitant ainsi de cette tendance politique.

L’Association nationale des étudiants sages-femmes (Anesf) craint que la succession de ces décisions aboutisse à terme à la pénalisation de l’IVG, pourtant légalisée depuis 1973 aux États-Unis.

 

L’Anesf exprime également son inquiétude quant à cette tendance conservatrice qui ne se limite pas au continent américain.   En effet, le 22 janvier dernier avait lieu à Paris  “La marche pour la vie”, rassemblement militant contre le droit à l’avortement.  Ainsi, au vu de ces actualités, l’Anesf tient à confirmer son engagement envers les femmes et leurs choix. Elle dénonce ainsi  les conséquences néfastes que cette vague réactionnaire peut engendrer.

 

En tant que futurs professionnels au coeur de la santé des femmes, il nous semble important de rappeler que le droit à l’IVG reste un droit fondamental dont la femme doit pouvoir disposer.

 

 » N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. « 

S. de Beauvoir

Version téléchargeable.