Intégration universitaire

L’intégration universitaire de la filière sage-femme est un des grands dossiers de travail de l’Anesf.

Pourquoi ?

Le cursus des études de sages-femmes depuis 2001 comprend la PCEM1 (première année du Premier Cycle des Etudes Médicales. Aujourd’hui elle est accessible en passant par la Paces (Première Année Commune aux Etudes de Santé). Celle-ci est commune aux quatres filières médicales et pharmaceutiques : médecine, sage-femme, odontologie et pharmacie. Elle offre une base commune de connaissances aux professions médicales et pharmaceutiques. La formation initiale des sages-femmes se poursuit par quatre années au sein d’une école hospitalière gérée par la région ou pour certaines chanceux par des structures universitaires (Marseille, Lyon).

La filière sage-femme est la seule profession médicale à ne pas être intégrée à l’Université.

Une université est un établissement d’enseignement supérieur dont l’objectif est la production du savoir (entre autres la recherche), sa conservation et sa transmission. Elle doit être le socle commun de formation de tous les professionnels médicaux.

Ainsi l’intégration universitaire de la filière sage-femme permettra de développer une culture médicale commune pour une optimisation du travail pluridisciplinaire basée sur une meilleure communication et coopération. De plus, l’Université permettra une évolution de notre enseignement tant sur les méthodes pédagogiques que sur le contenu. L’école de sage-femme apporte son savoir-faire dans l’apprentissage de la profession et l’Université apporte le cadrage à la mise en place des méthodes.

L’Université nous offrira également un accès privilégié à la Recherche. La Recherche dans la formation de sage-femme offrira aux étudiants et aux professionnels l’opportunité de réfléchir et de remettre en question leurs pratiques qui seront alors basées sur des preuves scientifiques. Les étudiants sont soucieux de recevoir une formation de qualité qui réponde aux exigences du terrain, leur offrant un regard critique sur leur pratique en regard des données scientifiques. L’Université leur permettrait de baigner dans un monde de Recherche et donc de remise en question.

Par ses exigences tant sur les enseignements que sur les enseignants, par sa mission de Recherche et sa démarche de qualité, l’Université est la structure capable de faire évoluer notre formation afin de permettre la reconnaissance de notre profession.

> Comment ?

Les étudiants sages-femmes revendiquent une intégration universitaire autonome. Sage-femme est une profession médicale autonome à compétences définies. Pour une profession médicale autonome, une formation médicale autonome ! Les sages-femmes doivent être maîtres de leur formation. Nous devons être formés par nos pairs, qui doivent aussi enseigner leur spécialité aux autres professions médicales.

L’institut universitaire est la forme d’intégration universitaire la plus en accord actuellement avec nos demandes, car elle nous permet de conserver notre indépendance pédagogique et donc professionnelle, de construire des projets qui nous sont propres, de développer la Recherche dans la filière sage-femme et de structurer l’offre de formation continue dans notre filière, base essentielle de notre profession.

L’ANESF demande l’intégration universitaire de la filière sage-femme sous la forme d’un institut universitaire.