Nos positions

Nos positions

Les positions de l’ANESF sont en perpétuelles évolution. En effet, 4 fois par ans, le conseil d’administration se réunit pour débattre et se positionner sur des sujets d’actualités. Voici quelques positions historiques de l’ANESF. 

L'accès à la recherche

Une des priorités de l’ANESF est l’accès à la recherche en maïeutique. En effet, contrairement aux autres professions médicales, la maïeutique ne possède pas de corps de recherche.

Pourtant, en tant que professionnels médicaux de santé, il est primordial que les sages femmes puissent évaluer et analyser leurs propres pratiques afin de les faire évoluer. De ce constat naît le besoin de pouvoir accéder aux laboratoires de recherche et à l’enseignement de la recherche clinique.

Dans un système de santé où la médecine est basée sur des preuves, la recherche est indispensable et primordiale pour concourir à l’amélioration de la santé des femmes et des enfants.

C’est pourquoi le Conseil d’Administration de l’ANESF s’est positionné en faveur d’un accès à la recherche dans le domaine de la maïeutique à travers la création d’un Conseil National des Universités spécifique à la maïeutique.

l'intégration universitaire

L’entrée en filière Maïeutique débute en Première Année Commune aux Etudes de Santé gérée par l’université. La suite de la formation s’effectue au sein des écoles de sages femmes, pour la plupart gérées par les régions.

Les écoles de sages-femmes de France sont tout de même liées à l’université par conventionnement entres les deux structures. Cependant, ce conventionnement diffère entre les écoles et les universités. Aujourd’hui, nous constatons une inégalité d’accès aux services universitaires entre les étudiant.e.s sages femmes et les étudiant.e.s universitaires.

De plus,  l’université possédant des laboratoires de recherches, l’intégration universitaire apparaît comme une étape indispensable pour l’accès à la recherche en maïeutique

Le Conseil d’Administration de l’ANESF s’est donc positionné en faveur d’une intégration  de la filière à l’université

Les maitres de stage

La formation de sage-femme est une formation professionnalisante : de part les stages, l’immersion dans le milieu professionnel prend une place prépondérante dans la formation. Cependant les étudiant.e.s sages-femmes n’ont pas de tuteur ni de suivi du parcours et de la progression en stage. Cette particularité entraîne la nécessité d’un suivi de la progression de ceux-ci à travers les différents lieux de stages. C’est pour cela que le conseil d’administration de l’ANESF s’est positionné pour l’instauration de maîtres de stage qui effectueraient un suivi de l’étudiant.e sage-femme.

Le bien être étudiant

Depuis plusieurs années, un constat s’est imposé à l’ANESF : les étudiant.e.s sages femmes vont mal. Ce constat est parti de multiples témoignages d’étudiant.e.s en détresse, et d’une demande d’aide croissante face à des situations de profond mal être.

Afin d’obtenir des chiffres objectifs sur l’état de santé des étudiants, l’ANESF a lancé son enquête bien être en Février 2018, et qui sera publiée le 5 décembre 2018. Les résultats ont été alarmants et ont confirmé le mal être étudiant.

L’ANESF s’engage aujourd’hui à utiliser la richesse de cet état des lieux pour cibler les causes de ce mal être afin de collaborer avec les organisations professionnelles vers un objectif : améliorer le bien être étudiant.  

Les passerelles

La plupart des étudiant.e.s sages-femmes passent par la Première Année Commune aux Etudes de Santé puis sont sélectionné.e.s au concours sanctionnant la première année et régulée par le Numerus Clausus.

Cependant les personnes répondant aux critères de l’article 2 de l’arrêté du 24 mars 2017 peuvent être admises en admission directe en 2ème ou 3ème année des études de sage-femmes.

Notre formation, faisant partie des formations sanitaires et sociales, est financée par les régions. Cependant, certaines régions ne prennent en charge que la formation initiale. L’admission directe, parfois considérée comme formation continue, n’est donc pas toujours prise en charge par le financement du conseil régional.  

L’ANESF, depuis plusieurs années, reçoit des demandes d’aides aux étudiant.e.s admis.e.s dans la filière par le dispositif d’admission directe se voyant obligé de financer leurs études par leurs propres moyens. La somme à débourser est conséquente, puisqu’elle peut atteindre 8000€ par année d’étude.

Dans un but d’égalité du droit d’accès aux études, l’ANESF travaille en collaboration avec le ministère et les régions pour trouver une solution pérenne à cette problématique.

le diplôme d'êtat unique

CONTACT

En cours d’envoi

©2019 Tous droits déposé ANESF - Propulsé par AgoraMed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?